lundi 15 juin 2009

Hégra à Médaïn Saleh / 4

                                                                                                                                          

Rappel :

Nous avons longtemps hésité à vous montrer ces photos (argentique) parce qu' à l' époque (1993)

elles n' auraient jamais dû être  prises !

Un périple insensé et une chance insolente nous ont permis de les ramener et de les classer sagement dans un album en attendant que . .

A ce jour divers articles sur ce sujet étant publiés sur le NET, nous vous proposons une visite non clandestine du merveilleux , (mais encore très réservé ), site d'

                        Hégra

                                                                                                                                                                                                                              

                         à Médaïn Saleh ,

                                  Arabie Saoudite .

carte Arabie Saoudite

                                                                                                            

Découverte du site par Vues autrement,

suite . . .

                                                         

commentaires CNRS

                                                      

Documents photos exclusifs

Vues autrement ( 1993 )

                                                                                 

                                             

Hégra

Une ville à redécouvrir

tombeaux

© L. Nehmé/CNRS

Quatre tombeaux à Madâin Sâlih.

En janvier, une équipe franco-saoudienne a entamé pour quatre ans des fouilles archéologiques sur le site de Madâin Sâlih, l' antique Hégra, en Arabie Saoudite. Une première qui va permettre de mieux comprendre l' histoire de cette cité, petite sœur de la célèbre Pétra.


ecriture

© Photo aimablement transmise par D. Al-Talhi

Inscription latine découverte dans les fouilles saoudiennes.


                                                                                                 

.  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .

                                                                                                                                                      

Numériser0223_1

Dans le Nord-Ouest de l’ Arabie Saoudite, une ville abandonnée accueille de nouveaux habitants d’ un genre très particulier. Armés de truelles, ils sont là pour percer ses mystères enfouis dans le sol depuis presque deux millénaires. La ville s’ appelle Hégra, et ses résidents sont des archéologues français et saoudiens.

Numériser0224_1

Codirigée par Laïla Nehmé, du laboratoire « Orient et Méditerranée », à Ivry, François Villeneuve, du laboratoire « Archéologies et sciences de l’Antiquité » (Arscan), à Nanterre, et Daifallah al-Talhi, du Département des Antiquités de Riyad, la mission est une première sur ce site archéologique, le plus grand d’ Arabie Saoudite.

Numériser0226_1

« Cela fait très peu de temps que le pays s’est ouvert à la coopération en matière d’ archéologie, explique Laïla Nehmé, et nous avons nous-mêmes signé l’ accord de fouilles le 10 novembre 2007. »

Numériser0227_1

Les chercheurs ne sont toutefois pas des nouveaux venus à Hégra. Entre 2001 et 2005, plusieurs missions de prospection ont été menées afin d’ explorer le sous-sol, à l’ aide de moyens de détection géophysique, et surtout de décrire systématiquement les vestiges visibles à la surface du sol. Et quels vestiges !

Numériser0229_1

Bâtie au premier siècle de l’ ère chrétienne par les Nabatéens, fondateurs de la très célèbre Pétra en Jordanie, Hégra était constituée d’ une zone résidentielle entourée de remparts en terre crue, d’ une oasis alimentée par quelque cent trente puits et d’ une splendide nécropole.

Numériser0234_1

Celle-ci réunissait plus de cent tombeaux creusés directement dans les massifs de grès qui parsèment la plaine. « Il s’ agit de la ville la plus méridionale du royaume nabatéen, indique Laïla Nehmé.

Numériser0235_1

C’était certainement à la fois une station caravanière et un lieu de garnison pour les militaires Nabatéens, en ce point extrême de leur royaume, avant qu’il ne soit annexé par Rome en 106 apr. J.-C. »

Numériser0236_1

Pendant longtemps, au vu des inscriptions relevées sur les façades des tombeaux, on a cru que la ville n’avait été occupée que de l’an 1 à l’an 75 apr. J.-C.

Numériser0237_1

Les missions de prospection ont révélé une histoire bien différente : la ville aurait continué à vivre jusqu’au quatrième siècle après J.-C. Une occupation bien établie, puisque le centre urbain est resté entretenu pendant tout ce temps.

Numériser0239_1

Les archéologues saoudiens qui ont réalisé quelques sondages dans la zone résidentielle en 2003 ont même découvert une inscription latine datant des années 175 à 177 apr J.-C., relatant la réfection du rempart de la ville aux frais des habitants, le maître d’ouvrage étant le centurion d’une légion romaine et le maître d’ œuvre le « maire » de la ville, qui porte un nom bien Nabatéen.

Numériser0240_1

Preuve non seulement que les Nabatéens n’ ont pas abandonné leur cité après l’an 75 mais aussi que Nabatéens et Romains ont cohabité après 106 de l’ère chrétienne.

Numériser0243_1

 
« Les derniers siècles avant l’ avènement de l’ islam sont très mal connus, observe Laïla Nehmé. Nous ne savons évidemment pas encore si Hégra nous en révélera quelques clés, mais on peut l’ espérer. »

                        Numériser0256_1

D’autres inscriptions découvertes sur le site, cette fois en nabatéen et dans une écriture intermédiaire entre le nabatéen classique que l’ on trouve à Pétra et l’ arabe, offrent aux épigraphistes de la matière pour appréhender l’ évolution de l’ écrit dans la région.

                       Numériser0257_1

« Le nabatéen, écriture dérivée de l’ araméen, est l’ ancêtre direct de l’ écriture arabe, explique Laïla Nehmé. Des écritures transitoires entre le nabatéen et l’ arabe ont été observées sur d’autres sites archéologiques, mais c’est la première fois que nous en voyons à Hégra. »

                          Numériser0259_1

Financées par le ministère des Affaires étrangères, le Sénat, le CNRS, l’ Ambassade de France en Arabie Saoudite, les mécènes OTV (filiale de Veolia Eau) et Total, et par des dons de particuliers, les fouilles de Hégra doivent durer quatre ans.

                           Numériser0260_1

Elles occupent une quinzaine d’ archéologues qui quadrillent une zone protégée de 1 460 hectares incluant la ville proprement dite, les tombeaux et les sanctuaires.

                        Numériser0261_1

L’ oasis et ses puits sont difficiles d’accès mais l’ équipe espère pouvoir en fouiller au moins un. « De nombreuses questions restent encore sans réponse, rappelle Laïla Nehmé.

                      Numériser0262_1

La ville a-t-elle été fondée sur un site plus ancien ? Quel était son rôle dans ce secteur charnière entre les domaines nabatéen, romain et byzantin ?

                      Numériser0263_1

                             Hégra est une pièce centrale du puzzle. »

                      Numériser0264_1

L’ antique cité est aussi une véritable attraction pour les touristes, que l’ Arabie Saoudite espère bien mettre en valeur.

                   Numériser0265_1

Un projet d’aménagement du site est à l’ étude et une demande de classement au patrimoine mondial a été faite auprès de l’ Unesco.

Fabrice Demarthon

                                                                                             

Remarque  :

                                                            

Arabie Saoudite

Conditions d’entrée sur le territoire:

l’Arabie Saoudite ne délivre pas de visa de tourisme.

Les seuls étrangers admis dans le royaume sont les pèlerins qui souhaitent se rendre à la Mecque et les personnes qui viennent y travailler. Tous les autres visiteurs potentiels doivent pouvoir justifier d’un garant dans le pays.

                                                                               A suivre . . .

                                                                                                               

vuesautrement

Posté par vuesautrement à 00:02 - - Commentaires [11] - Permalien [#]


Commentaires sur Hégra à Médaïn Saleh / 4

    Coeur hereux du Brésil

    Olá Jean ! ! ! goût beaucoup de leurs photos dans des voyages qui a fait mais je sens manque de leurs créations artistiques, quand pourra publie dans leurs posts quelque chose qui marche en faire ne laisse pas de côté celui-ci sien dom brillant, du Brésil mes respects et amitiés.

    Posté par Eduardo Miguel, lundi 15 juin 2009 à 01:51 | | Répondre
  • coucou jean marie


    c'est stupéfiant la manière dont les roches ont été creusées... et en même temps savoir que ces lieux ont un si belle histoire ...et datent du 1er siecle ..ou la la ...les chercheurs doivent avoir le coeur qui palpite à la découverte de tant de richesses du patrimoinse ..

    mais je me demande s'il serait bon d'ouvrir ces lieux au public ???

    bonne journée et gros bisous jean marie ...gris ici ..

    Posté par marie T, lundi 15 juin 2009 à 11:54 | | Répondre
  • coucou

    Ce site mériterait d'être classé , de vraies petites merveilles

    Mais aura t(on réellement les réponses à toutes les questions,

    Ils sont magnifiques ces tombeaux
    Merci pour ces superbes photos

    bisous

    Posté par corinne, lundi 15 juin 2009 à 12:18 | | Répondre
  • Bonjour Jean Marie

    Le paysage est réellement féérique? c'est le royaume des Dieux.
    Bonne semaine à toi...ici elle a commencé par de gros orages ce matin et des trombes d'eau.
    Amitiés de Bigou

    Posté par Bigou, lundi 15 juin 2009 à 15:51 | | Répondre
  • Dépaysement total...un magnifique site!

    Posté par ~~Kri~~, lundi 15 juin 2009 à 20:46 | | Répondre
  • Cet endroit semble sorti d'un film, tant il est difficile de concevoir comment une civilisation aussi lointaine (dans le temps) a réussi l'exploit d'ériger ces monuments, à la fois majestueux et gigantesques !
    On voudrait que ce voyage en ta compagnie ne s'arrête jamais, chaque photo est un émerveillement. Merci encore de nous les faire partager.
    Amitiés et bonne journée Jean Marie.

    Posté par ericbricol, mardi 16 juin 2009 à 09:50 | | Répondre
  • BELLE JOURNEE A TOI
    BISOUS

    Posté par flo, mardi 16 juin 2009 à 10:53 | | Répondre
  • gros bisous du soir et toute mon amitié JM..

    Posté par marie T, mardi 16 juin 2009 à 19:28 | | Répondre
  • bonsoir

    Je te souhaite une belle est douce nuit

    bisous

    Posté par corinne, mardi 16 juin 2009 à 23:06 | | Répondre
  • bonne journée Jean marie ici il pleut ce matin ...

    Posté par marie T, vendredi 19 juin 2009 à 08:49 | | Répondre
  • thamud

    Les Hadiths (paroles attribuées au prophètes Mahomet) situent la disparition des Thamudéens entre le Déluge et la vie d’Abraham[9]. Cela n'est pas ce que le Coran stipule et est contredit par les données archéologiques qui ne permettent de situer l’abandon des sites qui leurs sont attribués par cette même tradition qu’à la fin du IVe siècle.

    Dans le Coran
    Le peuple de Thamud est cité plus de vingt fois dans le Coran, comme un peuple troglodyte et rebelle, n’ayant pas voulu écouter son prophète Sâlih[10].

    L’histoire rapportée dans le Coran se résume ainsi. Dieu envoie le prophète Sâlih pour appeler les Thamoudéens à se convertir au monothéisme[11]. Des opposants lui demandent de montrer une preuve de sa mission divine[12]. Sâlih désigne une chamelle, envoyée par Dieu, comme la « chamelle de Dieu » et ordonne de ne lui faire aucun mal et de partager avec elle la source d’eau, sous peine d’un terrible châtiment[13]. Dans un autre passage, il est précisé que ce partage consiste à laisser la chamelle boire seule un jour, et les Thamoudéens un autre jour[14]. Ces adversaires passent outre cette menace. Ils tuent la chamelle et mettent Sâlih au défit de réaliser ses menaces[15]. Sâlih leur dit qu’il ne leur reste que trois jours à profiter de leurs habitations avant que la menace ne se réalise[16]. Un seul cri (Sayha[17]) détruit les Thamoudéens[18]. La nature du cri n'est pas précisée. Dans la sourate VII[19], le mot employé signifie tremblement (Rajfa[20]) en revanche dans la sourate XLI[21] le mot employé signifie foudre (Sâ`iqa[22]).

    Posté par lapin, lundi 26 avril 2010 à 00:15 | | Répondre
Nouveau commentaire